Circuits courts et vendre sur internet

Voici une réflexion ainsi que quelques éléments sur la promotion et la commercialisation des produits alimentaires par Internet, au Québec.

A propos de Terroirs Québec

Terroirs Québec est une boutique de vente en ligne de produits des terroirs québécois. Le site existe depuis 2005, avec une progression constante du chiffre d’affaires.

En 2009, le chiffre d’affaires a atteint 20.000$, en progression de 200% par rapport à 2008.

Sur le premier trimestre 2010, la progression était de 100% par rapport à la même période en 2009. Terroirs Québec est un des seuls acteurs indépendants de vente d’alimentaire sur Internet au Québec.

Le site internet a un achalandage d’environ 8000 visiteurs et 30 000 pages vues, par mois.

Depuis 2009, Terroirs Québec vend plus de 150 références différentes, sans frais pour les producteurs et un engagement minimum.

Terroirs Québec fait la promotion des produits québécois et des producteurs aussi bien sur Internet en offrant une page descriptive et un lien vers le site internet du producteur mais aussi via des opérations de promotion : contacts avec la presse, blogue, vidéos, réseaux sociaux. En 2010, Terroirs Québec a par exemple fourni à Patrimoine Canada des produits québécois pour l’Exposition Universelle de Shangai 2010.

En 2007, Terroirs Québec a déposé un mémoire dans le cadre de la COMMISSION SUR L’AVENIR DE L’AGRICULTURE ET DE L’AGROALIMENTAIRE QUÉBECOIS pour faire la promotion d’une présence internet accrue des produits régionaux.

En voici un extrait :

Pour des produits de marché de niche à plus grande valeur ajoutée, le réseau Internet est une porte d’entrée accessible à tous et à l’échelle mondiale. Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired, a énoncé, il y a plusieurs années le principe de la longue traîne. Initialement lié au domaine culturel, cette théorie s’applique aussi à la distribution et à la diffusion des produits des terroirs.

Le concept de la longue traîne c’est ce qui regroupe tous les produits non publicisés mais que des producteurs de taille modeste peuvent vendre, faire connaitre, sans passer par le marché de masse et une distribution en supermarché. Précédemment, un nombre restreint de distributeurs captait un maximum de clients. Internet permet à tout producteur de faire connaître ses produits à travers le monde. C’est un marché nouveau qui doit être exploité pour faire connaître les produits du Québec à travers le monde.

Il est clair que les producteurs ont tout à gagner à être présents sur Internet et d’avoir un vrai site de présentation de leurs activités et produits. Tous les acteurs le reconnaissent, les entreprises du Canada sont en retard dans leur utilisation d’internet.

Investir dans un site internet

En 2010, une présence sur Internet, ce n’est plus juste un site internet catalogue. L’ère est au web 2.0, au contenu généré par l’utilisateur ainsi qu’aux réseaux sociaux : facebook, linked in, twitter, google buzz.

Pour un producteur alimentaire, la promotion de ces produits passe aujourd’hui obligatoirement par une présence sur Internet. Mais doit il investir dans une site de e-commerce ?

Un article paru récemment sur le blogue de Stéphane Guerin déclare que pour 1$ investi dans la création d’un site internet, il faut investir 2$ pour le faire vivre.

Le besoin de base est bien simple : Avoir une présence sur le Web et être trouvé facilement. Les moyens pour y arriver sont nombreux avec différents degrés de résultats. Le budget sera alors fonction des résultats voulus.
En bout de ligne, ce qui importe, ce sont les résultats. Et ceux-ci doivent être en fonction des attentes. Et celles-ci doivent être modérées en fonction du budget. Concevoir un site n’est pas une finalité. Ça prend de l’essence pour faire rouler une auto comme ça prend des actions pour tirer profit du Web. Alors parlons en termes clairs : Si vous investissez 1$ dans le développement de votre site, mettez 2$ pour implémenter une stratégie marketing qui tient la route.

http://www.stephguerin.com/archives/web_budget_et_magie/

Si cela est vrai pour un site « vitrine », c’est encore plus vrai pour de la vente en ligne. Et les coûts initiaux de création d’un site de vente sont encore plus élevés. Si on peut envisager un site web rudimentaire pour un budget de moins de 3000$, un vrai site de commerce en ligne devrait coûter au minimum 7.500$ de création initiale, environ 1 fois ½ plus cher. Et n’oubliez pas qu’après 3 ans, votre site devra probablement être refait (durée moyenne de vie). Pour rentabiliser un site internet de 7500$ sur 3 ans, il faut dégager 2500$ de bénéfice chaque année.

Après, les frais mensuels d’un site de commerce électronique sont les suivants :

  • carte de crédit : minimum 30$/mois
  • hébergement : minimum 10$/mois
  • outil de lettre d’informations par courriel : minimum 30$/mois

Ceci n’inclut pas les coûts d’exploitation, de mise à jour, de référencement…

Vendre sur internet ce sont plusieurs équations :

  • Quel prix allez vous vendre votre produit ? Attention, à ne pas rentrer en concurrence avec votre propre réseau de distribution.
  • Comment gérez vous le paiement en ligne ? Desjardins facture au minimum 50$ par mois pour le paiement carte de crédit via leur technologie.
  • Comment gérer le stock par rapport aux ventes hors web ?
  • Facturez vous les frais d’expédition ? Pouvez vous vendre en dehors du Québec ? Si vous faites affaire avec Postes Canada, attention aux envois en région éloignée…
  • Comment allez vous expédier vos produits ? Emballage…
  • Comment gérer les impayés, les retours, les livraisons brisées et les litiges ?

La plupart des producteurs alimentaires ont besoin d’un réseau de point de vente pour faire la promotion de leurs produits et assurer une diffusion constante auprès des consommateurs. La vente directe sur Internet vient en concurrence direct avec ce réseau.

Il est certain que le commerce électronique est un réseau de distribution d’avenir, il faut aussi tenir compte du marché dans lequel on évolue. Le commerce électronique au Québec est un petit marché de niche en ce qui concerne l’alimentaire. 95% des commandes Terroirs Québec sont expédiées dans la grande région de Montréal ! Et 95% également des commandes regroupent des produits de plusieurs producteurs, comme votre panier d’achat à l’épicerie.

Quelques références à lire sur les coûts d’un site Internet :

Votre site web fait partie de vos actifs au même titre que votre magasin, votre entrepôt ou vos camions. C’est un investissement qui vous rapportera sur une longue période, si et seulement si il est bien fait et maintenu dans le temps. Il s’inscrit dans une démarche de mise en marché de ce que vous vendez. C’est votre ambassadeur virtuel. Il est comme avoir pignon sur rue partout… une autre place d’affaires qui n’a pas besoin d’employé pour accueillir les clients.

http://www.lesaffairesweb.com/2009/12/01/combien-coute-un-site-web/

En tant qu’entreprise, il est toujours préférable d’établir un budget… et surtout, il ne faut pas avoir peur de le mentionner! C’est en se disant les vrais affaires et en formulant bien vos intentions que l’on pourra vous servir comme il faut. De plus, il y a toujours moyen de se donner une «braquette» de budget dans laquelle on est confortable pour fonctionner.

http://www.dianenadeau.ca/2010/03/avez-vous-un-budget/

4 Comments Posted

  1. Quelques précisions sur l’envoi en région éloigné.
    J’ai livré à Kangiqsujuaq (J0M 1K0) une commande de 40$ et cela m’a couté 45$ de frais de postes canada ! Certaines boutique du Québec précisent que J0M et G0C ont un tarif surchargé.

  2. Mais ce n’est pas du tout rentable, ça! J’espère que tu ‘gagnes’ sur la majorité des envois pour compenser! J’imagine que tu as calculé une moyenne afin de déterminer le seuil de livraison gratuite.

  3. Oui cela reste des exceptions, mais ce sont des choses qu’on ne sait pas toujours quand on débute. Mais la difficulté de vendre 200 produits avec des tailles très différentes vient aussi dans la gestion des frais de transport…

  4. Bonjour,

    Je sais que ce post est plutôt vieux mais si le problème persiste toujours avec la livraison, poste canada propose un système permettant d’afficher les coûts et délais de livraison selon le code postal directement sur votre site web.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*