Fromages et substances laitières modifiées

Au Québec, le fromage peut être au lait cru et les yaourts doivent contenir du lait. Voilà maintenant que l’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA) oblige les gros producteurs de fromages industriels à mettre du lait dans leurs productions.
Ainsi, depuis dimanche, l’utilisation de substances laitières modifiées dans la production de fromage est limitée. Caséinate, caséine, concentré de protéines ou mélange d’huile de beurre et de sucre, ces substances laitières modifiées, dont l’appellation ne dit rien de leur provenance, sont produites en Irlande, en France, en République tchèque ou encore de la Nouvelle-Zélande. Souvent, ces substances modifiées coutent beaucoup moins cher que le lait produit localement, et pourtant les grands fromages industriels sont vendus au même prix qu’un petit fromage local.
L’UPA appelle les consommateurs à favoriser la production laitière locale en choisissant des produits laitiers authentiques. Le moyen le plus sûr de le faire est de choisir des produits laitiers québécois ou canadiens dont les ingrédients laitiers ne sont que du lait, de la crème ou de la poudre de lait écrémé. Plus de 50 % des crèmes glacées canadiennes sont fabriquées à partir d’huile de beurre importée.

Yaourt avec du vrai lait, au Québec

Un autre petit article dans la Presse de ce jour nous apprend que les yaourts devront contenir du vrai lait pour pouvoir s’appeler « yaourt ». A l’image des crèmes glacées qui ne contiennent parfois ni lait ni crème, le gouvernement provincial a souhaité aller de l’avant avant que les yaourts ne subissent le même sort.

Pas de croissance pour le lait biologique en 2008

Les producteurs de lait biologique ne pourront plus produire plus cette année. La Fédération des producteurs de lait avait accordé des journées de production supplémentaires aux fermes laitières biologiques, durant deux ans, sans qu’elles aient à acheter du quota afin de combler la demande.
Selon Hubert Boivin, du syndicat des producteurs de lait de Québec, le niveau de production est au niveau de la demande, demande qui n’évolue que très peu. Avec 93 fermes laitières biologiques, le Québec produit 30 millions de litres de lait, soit 1% de la production laitière totale. Un tiers de la production de lait biologique est consommé directement sous forme de lait à boire, 1/3 dans les yogourts et le dernier tiers pour la production de fromages.

Viral lait au chocolat

Pour reprendre le jeu de mot de Stéphane Guérin, les producteurs de lait viennent de lancer une campagne sur le web accompagné de publicité sur de nombreux sites et un mini-site spécial. Le principe est de mélanger de façon sauvage du lait et un morceau de chocolat. Actuellement 3 dessins animés à visionner et au total 8 qui seront dévoilés dans le temps…

Fromagerie Jonathan : fin d’une épopée

Alors que je rapportais dans un billet précédent que la Fromagerie Jonathan dénoncait ses problèmes d’approvisionnement en lait biologique et menacait de fermer boutique, La Presse Affaires nous apprend que la fromagerie a déclaré faillite. La déclaration de Jonathan Portelance à la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agro-alimentaire québécois semblait être en fait une façon d’obtenir une réaction de la Fédération des producteurs de lait sur les quotas. Non satisfait de cette réaction, la fromagerie a fermé boutique.

L’histoire aurait pu finir ainsi si une nouvelle controverse, probablement orchestrée par la Fédération des producteurs de lait, ne vient de faire surface. Des producteurs laitiers affirment non seulement qu’il y avait assez de lait biologique pour fabriquer le fromage Le Baluchon, mais qu’aussi des camions de lait ont même été refusés. La seule raison qui semblait motiver M. Portelance pour refuser ce lait était que les vaches de cette ferme n’étaient pas nourries au foin sec mais plutôt en partie avec de l’ensilage, ce qui peut sensiblement changer le gout du fromage.

Toute cette histoire est très complexe, et on comprend bien que plusieurs philosophies s’affrontent ici : producteurs laitiers qui défendent les quotas et fromagers qui aimeraient produire plus.

Pénurie de lait biologique au Québec ?

Selon le Nouvelliste, Jonathan Portelance, de la fromagerie Jonathan, a blâmé la rigidité des quotas laitiers au Québec pour expliquer sa difficulté de s’approvisionner en lait bio. Il va même jusqu’à menacer de développer son concept aux Etats-Unis si la pénurie ne se résorbe pas. Le président de la Fédération des producteurs de lait de la Mauricie confirme que la demande dépasse encore l’offre même si de 11 producteurs laitiers certifiés biologiques en 1999, nous sommes rendus à 77 aujourd’hui. La production de lait bio est passée de 1,5 million de litres à 24 millions actuellement.

Du lait cru dans le fromage du Québec

Selon cyberpresse, Québec songe à autoriser les producteurs de fromages à utiliser du lait cru pour produire du fromage directement. Actuellement, la vente de lait cru est interdite. Les fromagers en recoivent des producteurs cependant mais ils doivent respecter une période d’affinage de 60 jours, pendant laquelle les bactéries lactiques consomment toutes les autres bactéries. Si la législation venait à changer, cette période d’affinage serait abolie et certains producteurs réflechissent à produire de nouveaux fromages dont la production est aujourd’hui impossible en affinage. Si cette modification survient prochainement, c’est une très bonne nouvelle pour les producteurs de fromage et aussi pour la diversification des fromages au Québec.

Du lait biologique

La demande pour les produits biologique augmente mois après mois, et l’intérêt soudain des grandes chaînes alimentaires confirme que c’est un marché prometteur. Certes, je ne me mouille pas trop avec ces informations… Sur l’île du Prince Edouard, une dizaine de fermiers ont décidé de convertir leur ferme à la production de lait biologique mais il faudra attendre jusqu’en septembre 2008 pour boire leur lait bio . Pour obtenir cette mention biologique, les champs doivent être cultivés pendant trois ans sans aucun engrais ni pesticide et il faut nourrir les bêtes avec des aliments biologiques pendant un an.

Lait bio chez Walmart

Le bio est-il condamné à rester un produit marginal ou doit il devenir un produit de masse pour être plus accessible ? L’introduction des produits bio chez Walmart devient un vrai enjeu aux Etats-Unis.

L’Institut Cornucopia accuse le géant Wal-Mart de dénaturer l’appellation biologique en l’apposant sur du lait issu de fermes industrielles dont les vaches n’ont pas accès au pâturage.

Son fournisseur, Dean Foods occupe le deuxième rang mondial pour la transformation de produits laitiers (sous la marque Horizon Organic). Wal-Mart a également introduit sa propre marque privée de lait biologique produite par Aurora Organic Dairy. Or, Aurora et Horizon ont subi une foule de critiques parce qu’elles exploitent des fermes laitières industrielles comptant jusqu’à 10 000 vaches qui n’ont pas (ou trop peu) accès au pâturage. Les consommateurs s’attendent selon Cornucopia à des produits de qualité lorsqu’ils payent un peu plus cher pour des produits biologiques. Cependant, il faut savoir qu’environ 20 % du lait qualifié de biologique provient de fermes industrielles aux Etats-Unis.

Selon un article original de La Terre